septembre 22, 2019La nomade sédentaire - Et si on partageait?

Petit guide de survie à l’usage des nouveaux cyclistes urbains – Partie 1: les règles de survie en ville

Home / A vélo dans la ville / Petit guide de survie à l’usage des nouveaux cyclistes urbains – Partie 1: les règles de survie en ville

C’est la rentrée et, comme des milliers d’autres personnes, tu en as eu assez des embouteillages ou des bus qui n’arrivent pas et tu as décidé de commencer à te déplacer à vélo. Bienvenue dans le monde merveilleux du vélo quotidien, ou vélotaf. Tu as fait le bon choix.

Que tu vives en ville ou à la campagne, selon les infrastructures qui existent chez toi, tes débuts seront plus ou moins faciles. Tu seras parfois découragé. Parfois outré par l’attitude de certains usagers de la route.

Pour ne pas te décourager trop vite, voici quelques conseils et astuces qui, je l’espère, t’aideront à prendre tes marques sur la route. Pour cet article, j’ai demandé à la communauté #vélotaf sur Twitter ce qu’ils donneraient comme conseils à quelqu’un qui vient de se mettre au vélo quotidien. Voici donc un résumé de leur réponses.

Fais-toi aider

Même si tu t’es déjà lancé sur ton p’tit vélo dans la jungle urbaine, n’hésite pas à te renseigner sur les formations et autres aides proposées dans ta région. A Bruxelles, tu trouveras:

Plus généralement:

  • Le covélotaf: un collègue/ami fait déjà du vélo quotidien? Demande-lui de t’accompagner sur tes premiers trajets – le covélotaf, c’est la classe 🙂
  • Twitter: la communauté cyclo, sur Twitter, elle est juste incroyable: bienveillance, conseils, soutien… Tape le hashtag #vélotaf et abonne-toi aux comptes qui te parlent. N’hésite jamais à aller y demander conseil.
  • Les #DailyObs: des cyclistes quotidiens filment leurs trajets et les commentent ensuite à froid, en général pour démystifier le vélo dans leur ville ou leur région. Pour ma part, j’ai créé ma chaîne YouTube avec mes propres DailyObs après avoir découvert celles de celui que je tiens pour l’inventeur des DailyObs: Bilook Le Cycliste.

Le plaisir avant tout!

Avant de passer aux conseils pratiques, une règle d’or: n’oublie pas de prendre du plaisir! Que tu aies décidé de te déplacer à vélo par souci d’écologie, pour une question de santé ou, tout simplement, par pragmatisme (le vélo est le mode de déplacement en ville le plus rapide, le plus pratique et le plus économique), te voilà donc lancé sur les routes de ta ville. Ce que tu ne sais peut-être pas encore, c’est que le vélo est terriblement addictif: la pratique régulière libère des endorphines en veux-tu en voilà! Oui, le vélo rend heureux. Même malgré les multiples obstacles que tu vas peut-être rencontrer sur ta route. Tiens bon. Dans quelques jours ou quelques semaines, le bon l’emportera laaaaargement sur les petits tracas!

https://twitter.com/antonbundle/status/1170325395197108224

Le code de la route: #RESPECT

Pour un petit rappel des règles de base, je t’invite à (re)lire mon Petit rappel du code de la route à l’usage des cyclistes et… des automobilistes, ou cet article du Gracq. En attendant, quelques petits rappels essentiels:

  • On ne roule pas sur les trottoirs! JAMAIS! (Sauf si tu as moins de 12 ans, ou 10, selon le pays où tu vis).
  • On ne brûle pas les feux: ils sont là pour une raison. (Bon, après, comme pour tout, c’est une question de bon sens. Et bien souvent, tu verras un panneau B22 ou B23 qui t’autorisera à passer au rouge (regarde la vidéo de Marie-Chaussée, ci-dessous. Ah, je l’aime, Marie-Chaussée 🙂 ). Mais d’une manière générale, quand c’est rouge, tu t’arrêtes. Ne serait-ce que pour ne pas nuire à la réputation de tes congénères.

Petite parenthèse: nous sommes tous des ambassadeurs du vélo

Comme beaucoup de cyclistes quotidiens, je me considère comme une “ambassadrice” du vélo, en l’occurrence à Bruxelles: je sais que “les cyclistes” ont, hélas, mauvaise réputation (“ils grillent les feux”, “ils roulent sur les trottoirs”, “ils ne respectent rien”). Toi et moi, on sait que cette réputation n’est pas fondée (comme en atteste cet article). Mais par mon attitude exemplaire (oui, bon, pas toujours, c’est vrai, mais j’essaie de faire de mon mieux), j’espère montrer à ces râleurs qu’ils se trompent. Que “les cyclistes” est une notion qui n’existe pas. Que nous sommes tous différents. Fin de la petite parenthèse.

Prends ta place sur la route!

Tu as le droit d’être là. (Répète ce mantra tout au long de tes premiers trajets s’il le faut.) La chaussée, ça se partage. Certains automobilistes essaieront parfois de te mettre la pression pour te faire sentir que tu gênes, pour t’inviter à disparaître pour les laisser passer. Oublie-les! La route appartient à tout le monde. Ils te klaxonnent? Prends-le pour un encouragement. (Bon, si tu es dans une longue côte et que la voiture derrière n’a pas la place pour te dépasser, rien ne t’empêche d’être sympa et de te mettre sur le côté pour le laisser passer, évidemment.) D’une manière générale, essaie de rester calme et assuré.

Conseils pratiques

  • Ne roule jamais à moins d’un mètre des voitures stationnées – risque d’emportiérage. Tu as le droit d’être sur la chaussée: si la voiture derrière toi veut de dépasser, elle attendra que la voie soit libre en face pour le faire, pas de panique. Ta sécurité avant tout.
  • Prends ta bande: sur une voie rapide, si tu n’as pas de piste cyclable, roule au milieu de la voie de droite, sans quoi les voitures vont te frôler (et donc te mettre en danger) pour te dépasser.
  • Rond-point: si une seule voie, roule au milieu. Si plusieurs, roule au milieu de la bande de droite. Ca t’évitera de te faire renverser par un automobiliste qui sortirait du rond-point sans te voir.
  • Tourne à gauche: une des manoeuvres les plus délicates. Regarde derrière ton épaule. Quand la voie est libre, indique ton intention avec le bras. Avance et positionne-toi sur la voie de gauche. (Pense à respirer pendant que tu fais tout ça hein.) Si le feu est rouge, positionne-toi à gauche dans le sas vélo (s’il y en a un).
  • Sas vélo: c’est l’espace réservé aux cyclistes aux feux. Prends bien ta place. Ils sont là pour ta sécurité. Et n’oublie pas de papoter avec les autres cyclo: c’est un super espace de rencontre et de convivialité! 🙂
  • ANTICIPATION ANTICIPATION ANTICIPATION: en voiture, on apprend la “conduite défensive”. A vélo, c’est la “conduite anticipative” qui prime: tu dois pouvoir anticiper toutes les situations.
  • Pense TOUJOURS à bien indiquer tes intentions – pas que pour les automobilistes, mais aussi pour les cyclistes ou les piétons qui seraient derrière/autour de toi. Pars du principe qu’il y a toujours quelqu’un derrière toi.
  • Dans tes interactions avec les automobilistes, le contact visuel est FONDAMENTAL: si tu n’es pas certain qu’il t’a vu, ne t’engage pas. Ne prends aucun risque. Jamais. Tu n’as aucune carrosserie pour te protéger. Il sera toujours plus fort que toi. Et une voiture, ça fait mal. Crois-moi 🙁
  • Fais très attention aux voitures qui, pour tourner à droite, vont te couper la route: tu es prioritaire dans tous les cas (qu’il ait mis son clignotant ou non), mais, en cas de doute:
    • soit il ne t’a pas vu: dans ce cas, ralentis et laisse passer
    • soit il t’a vu, mais se croit prioritaire parce qu’il a mis son clignotant (beaucoup le pensent): ralentis et laisse passer (ou, si tu as l’occasion/le temps, explique-lui le code de la route)
    • (N’oublie jamais ce dicton de maître Bilook: “des cyclistes prioritaires, il y en a plein les cimetières”.)

Des cyclistes prioritaires, il y en a plein les cimetières – Bilook Le Cycliste

  • D’une manière générale, pour tous tes déplacements, à chaque instant, agis toujours comme si tu étais invisible (même si tu t’es déguisé en sapin de Noël) – n’oublie pas que dans les voitures, les conducteurs n’ont pas toujours les yeux sur la route et dans les rétros (argh fichus smartphones!). Prudence, donc.
  • Tes oreilles sont aussi importantes que tes yeux: si tu veux vraiment écouter de la musique ou ton podcast préféré, il existe de chouettes petites enceintes bluetooth à installer sur les vélos. Attention au vent aussi, qui t’empêche parfois d’entendre ce qui se passe autour de toi: bouge la tête de gauche à droite de temps en temps pour mieux distinguer les sons de l’environnement
  • Suis les conseils de Cyclobouclette: n’oublie pas de te faire de nouveaux copains: sur la pipiste, dans le sas vélo, etc 🙂

Zen, je suis zen…

  • N’adopte pas avec les piétons les comportements que tu reproches aux automobilistes: on respecte les plus vulnérables que soi. On ne klaxonne pas sur eux de manière intempestive s’il n’y a pas de danger immédiat pour eux.
  • On cède le passage aux piétons qui veulent traverser (n’oublie pas: tu es un.e ambassadeur.drice des cyclistes dans ta ville, tu montres le bon exemple
  • Les conducteurs sont plus souvent “ignorants” que méchants: explique-leur les choses avec des gestes (gentiment hein). Ils en ressortiront grandis et feront plus attention avec le prochain cycliste
  • Se déplacer à vélo en ville, c’est pas une course: pas la peine de tracer comme un malade. Même s’il y a des voitures derrière toi. Trouve ton rythme. Tant que le plaisir est là, c’est que tu roules à la bonne vitesse.
  • On ne tape pas sur les voitures! D’abord, parce qu’elles n’ont pas de système nerveux et ne sentent rien. Ensuite, parce que tu ne sais jamais qui se trouve dans ladite voiture. (Je sais de quoi je parle… à mes débuts, j’ai parfois craqué. C’est pas une bonne idée.)
  • D’une manière générale, ne jamais prendre personnellement les agressions et autres incivilités que t’infligent les automobilistes: observe-les et tu verras qu’ils sont encore plus hargneux entre eux.

Pour plus de conseils zénitude, je t’invite à lire mes bonnes résolutions de vélotaffeuse pour 2019. (Je l’ai écrit en janvier et là, en le relisant, je me dis que je m’en suis pas trop mal sortie, cette année 🙂 )

Conseils lecture

Je ne sais pas pourquoi j’ai mis ce titre au pluriel en fait, car pour bien débuter, je n’ai qu’un livre à te recommander: Vélotaf – Mode d’emploi du vélo au quotidien, de Jérôme Sorrel. TOUT y est, et en plus, il est très joliment écrit, et illustré par Eve Coston.cycliste urbain

Bon, allez, je vais quand même rajouter une deuxième suggestion, même si j’en ai déjà parlé plus haut: mon Petit rappel du code de la route à l’usage des cyclistes… et des automobilistes

Bienvenue dans la communauté cyclo bruxelloise!

Si tu veux rencontrer d’autres vélotafeurs bruxellois ou trouver du soutien, plusieurs possibilités s’offrent à toi (liste non exhaustive):

Rejoins le Gracq

Le Gracq: c’est l’association belge francophone de défense du cycliste quotidien. Ils font un boulot génial et on leur doit énormément dans les infrastructures qui sont créées. Plus nous serons nombreux à adhérer à l’association, plus notre poids sera fort. Tu peux aussi rejoindre la section locale de ta commune. Ils proposent un tas d’activités, des rencontres, apéros-vélos… Toutes les infos sur leur site.

La Masse critique, ou Critical Mass Brussels

Chaque dernier vendredi du mois, les vélotafeurs bruxellois se donnent rendez-vous à 18h Porte de Namur pour une balade à travers les rues de la ville, histoire de se réapproprier l’espace qui est aussi le leur et de rappeler la place du vélo dans la ville. Tout le monde est le bienvenu, y compris les enfants. Bonne humeur garantie!

Abonne-toi à leur Page Facebook pour voir le détail dans la rubrique Evenements.

Twitter

Sur ce réseau social, tu trouveras des centaines de vélotafeurs et autres cyclistes passionnés. Cherche les hashtags #vélotaf , #surmaroute, etc. et très vite tu seras sous le charme de cette communauté solidaire et d’une bienveillance rare. (Si tu veux me suivre, c’est par ici.)

Le mot de la fin

Souris, c’est contagieux

Quoi qu’il arrive, n’oublie jamais de prendre du plaisir. Et montre-le: en souriant, tu risques de donner envie à ceux que tu vas croiser d’enfourcher leur bicyclette eux aussi. Et plus nous serons nombreux, plus nous serons en sécurité. Ah, et n’oublie pas non plus d’être sympa avec les autres cyclistes que tu croises 😉

Bonne route!

Katia
Katia
Ancienne nomade devenue sédentaire. Cyclophile. Traductrice. Copywriter. Echangeuse (de maison). Coworkeuse. Il m’arrive d’écrire pour les autres (si on me le demande gentiment). Twitter. Facebook. YouTube
Recommended Posts

Showing 7 comments

  • Jeanne à vélo
    Répondre

    Que des bons conseils.
    On peut ajouter que faire du vélo c’est aussi l’occasion de découvrir sa ville en profondeur et donc découvrir de nouveaux itinéraires. Car si la ligne droite est le chemin le plus court, quelques petits détours peuvent rendre le trajet beaucoup plus confortable.

    • Katia
      Répondre

      Tout à fait! Il y a tellement de choses à dire encore! J’ai décidé de scinder en plusieurs articles, et il y en aura un dédié aux itinéraires, justement 🙂
      Merci pour ton commentaire!

      • Jeanne à vélo
        Répondre

        Un feuilleton, super ! 🙂

        • Katia
          Répondre

          Hahaha un feuilleton, j’aime bien l’idée 😉

  • Manuel Bigot
    Répondre

    Zut … c’est pas comme sur Twitter … je trouve pas le “coeur” pour dire ” j’aime ” 🙂 🙂

  • Manuel Bigot
    Répondre

    A si j’ai trouvé … mais c’est en haut 🙂 🙂 🙂

    • Katia
      Répondre

      Hahaha merci! 😀

Ecrivez-moi!

Envie de me poser une question? De m'envoyer un commentaire, une remarque ou, pourquoi pas, un poème? Ecrivez-moi!